Le formulaire est en cours de chargement

Améliorer la santé au Togo – grâce à l’eau potable

Le Togo est l’un des pays les plus pauvres du monde. L’accès aux soins y est précaire, et le taux de mortalité materno-infantile particulièrement élevé. Dans le cadre des programmes de santé qu’elle mène sur place, la Croix-Rouge (CRS) suisse s’engage en faveur de l’accès à l’eau potable et de l’hygiène.

Enfin en bonne santé. Grâce à l’eau potable, grâce à votre soutien.

Yawa Mewezino caresse tendrement la tête de sa fille de 13 mois, lui parle et rit avec elle. Mère de trois enfants, elle est d’un naturel joyeux et optimiste. Ce qui est loin d’aller de soi au vu des conditions difficiles et de l’extrême pauvreté dans lesquelles elle vit.

Yawa habite le petit village d’Aou Mono Bidjadadé, au Togo. Pour se nourrir, sa famille ne peut compter que sur de maigres récoltes et sur quelques poules et chèvres. L’eau potable étant une denrée rare et le système de santé demeurant rudimentaire, la mortalité infanto-juvénile reste très élevée dans le pays. Le climat tropical humide favorise la propagation des germes, et en cas d’urgence, le premier hôpital est souvent très loin.

Heureusement, à Aou Mono Bidjadadé, la population peut s’appuyer sur le «club des mères» fondé par la Croix-Rouge: 32 bénévoles formées par la CRS informent et sensibilisent sur des questions de santé. Elles assurent aussi des visites dans les habitations isolées.

Désormais, Yawa sait qu’elle doit traiter l’eau avec du chlore avant qu’elle ne soit bue. Elle connaît la procédure et le dosage grâce aux femmes du club des mères, qui font du porte-à-porte pour informer, apporter une aide concrète, répondre aux questions. Au Togo, la construction d’infrastructures ne suffit pas à améliorer les conditions de vie, seul un travail de sensibilisation sur le terrain est garant de la bonne santé de tous.

Même constat pour l’installation de latrines: récemment encore, la famille de Yawa se soulageait dans les champs, comme la plupart des villageois. Des bactéries pathogènes passaient dans l’eau potable et les aliments, beaucoup d’enfants étaient régulièrement malades et certains mouraient d’affections diarrhéiques et de éshydratation. La situation ne s’est améliorée qu’avec l’intervention de la Croix-Rouge. Aujourd’hui, toutes les familles disposent de leurs propres latrines, il n’y a plus d’excréments dans les champs, et le village a même été primé par le ministère de la santé.

Yawa est reconnaissante à la Croix-Rouge de son soutien et souhaite aider à son tour. Depuis peu, elle est donc membre du club des mères, une institution qui aujourd’hui promeut résolument des changements positifs dans le village, la région et tout le Togo.

Le chant, ça motive!

Au-delà d’infrastructures de qualité, le travail de sensibilisation est crucial pour améliorer durablement les conditions de vie au Togo. C’est la mission des clubs des mères, où des femmes bénévoles sont formées par la Croix-Rouge pour sensibiliser la population partout où l’organisation est présente. Grâce à vos dons.