Le formulaire est en cours de chargement

Une bouée de sauvetage en Amazonie

Nous aidons là où personne d’autre ne va

«Les voilà, les voilà!» Diana Mamallacta, 28 ans, tend l’oreille – oui, c’est bien le bruit d’un moteur qui lui parvient! Submergée par l’émotion, elle prend ses deux filles dans ses bras. Les docteurs arrivent! Son petit village d’Aguas Blancas, au fin fond de la forêt amazonienne, n’a pas été oublié!

La pauvreté touche près du tiers de la population équatorienne, plus de 70 % dans les régions habitées par les communautés indigènes, comme ici, dans le canton de Putumayo. La vie dans ces villages d’Amazonie est bien loin d’une idylle dans la forêt vierge: le quotidien y est marqué par les privations, l’accès aux soins est pratiquement inexistant.

En collaboration avec son partenaire local, la Croix-Rouge suisse (CRS) déploie des équipes médicales mobiles chargées de porter soins, traitements et prise en charge jusqu’aux patients. Or, dans ces régions difficiles d’accès, le seul mode de déplacement envisageable est le bateau. Embarquant tous les équipements et médicaments nécessaires, les médecins sillonnent le réseau fluvial, de village en village. Personne ne vient ici par hasard – la CRS est d’ailleurs la seule organisation humanitaire internationale à intervenir en ces parages. Et c’est grâce à vous, chère donatrice, cher donateur, que nous pouvons venir en aide à ces familles en détresse, oubliées du reste du monde!

Au centre du village, les patients attendent calmement leur tour. L’une des filles de Diana, Andribell, 3 ans, montre ses dents de lait blanches à la dentiste. Mariana Morales transpire à grosses gouttes:

En une journée, nous soignons environ 55 personnes. Le lendemain, nous sommes dans le village suivant. Mais nous sommes bien rodés, et nous connaissons les grands problèmes médicaux de la région.

Au-delà des traitements gratuits, les équipes ont une mission de sensibilisation et de prévention. L’un des gros avantages de ces visites médicales est la détection précoce des grossesses à risque. Car la mortalité materno-infantile est ici extrêmement forte. La plupart du temps, les femmes accouchent seules, sans assistance médicale. Et en cas de complications, il est rare que soit disponible un bateau rapide avec suffisamment de carburant.

Diana se souvient de sa seconde grossesse. L’examen faisant redouter des complications à l’accouchement, la doctoresse l’avait adressée au dispensaire le plus proche. «Sans elle, songe la jeune maman en embrassant sa fille sur le front, mon bébé et moi ne serions probablement plus de ce monde.»

Nous sommes là. Nous nous engageons même dans les régions les plus inaccessibles du bassin amazonien. Avec votre appui, nous allons là où personne d’autre ne va. Pour aider des hommes, des femmes et des enfants qui en ont urgemment besoin. Merci de nous soutenir dans cette tâche immense.

Votre don permet de soutenir les populations des régions reculées d’Amazonie et d’ailleurs.Il peut être affecté à d’autres projets au profit de personnes en détresse.

Plus d'informations: www.redcross.ch